Conférence Qumrân Michael Langlois Orléans 5 février 2012

Devant le succès remporté par la conférence « La Bible à l’épreuve de l’archéologie » à Orléans, une nouvelle conférence est prévue. La grande salle accueillera aussi bien ceux qui n’avaient pu entrer que ceux qui souhaitent poursuivre l’aventure !

Dimanche 5 février 2012 à 18h

à l’Église Jeanne d’Arc (Bd Riobé, Orléans)

Je reviendrai sur la plus grande découverte archéologique du XXe siècle : Qumrân. Que contiennent ces mystérieux manuscrits ? Qui les a écrits ? Pourquoi n’ont-ils pas été rendus publics immédiatement ? Que nous révèlent-ils sur la naissance de la Bible et du christianisme ?

Une large place sera laissée aux questions de l’assistance.


Mise à jour : Interview dans la République du Centre
Mise à jour 2 : Article dans la République du Centre

4 commentaires sur “Qumrân, le secret des manuscrits de la mer Morte à Orléans

  1. Bonjour,
    Et merci pour cette 2eme et fabuleuse conférence d’hier soir à Orléans.

    Vous avez dit que des évangiles de Marc et de Thomas avaient été retrouvé en Egypte.
    A quelle époque et – surtout – en quelle langues sont-ils écrits?

    Merci de votre réponse

    Fr Calvet

    1. Marc est un évangile canonique (il y en a 4 : Matthieu, Marc, Luc et Jean). Mais on connaît de nombreux évangiles dits apocryphes, c’est-à-dire rejetés du canon. Beaucoup d’apocryphes juifs et chrétiens ont été découverts en Égypte, notamment, dans des langues telles que le grec ou le copte.

  2. Bonsoir
    Au début de votre conférence du 5 février vous avez parlé de Gomorrhe. Diriez-vous que Qumrân est Gomorrhe (ou lui a succédé) ? Je pensais que l’on situait Gomorrhe plus au Sud.
    Cordialement
    A. Alet

    1. Certains explorateurs au XIXe siècle pensaient que le nom « Gumrân » (tel qu’il était prononcé par les Bédouins) portait le souvenir de l’antique Gomorrhe. D’autres, en revanche, pensaient que Gomorrhe était enfouie au fond de la mer Morte. En réalité, aucune donnée archéologique n’a pu confirmer la réalité et la localisation de cette ville. En outre, pour des raisons phonologiques, le Q ou G initial de Qumrân peut difficilement correspondre au Ḡ (ghayn) ou ʿ (ayn) initial de Gomorrhe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *